Aujourd’hui le Café Numérique se la joue OneSongOneDay avec le dernier single d’Akro: « Dans mon ordinateur » (O. Strivet, Noza, D.Makerz) sur une instru de L’Inconnu et Akro (« à partir de vrais sons de Macs et PC’s enregistrés et séquencés »). Le but n’est pas ici de discuter hip-hop belge, de parler de l’album Bleu Électrique (qui est sorti ce 28 mars) ou de présenter Akro, un des MC Bruxellois les plus connu (notamment pour sa participation à Starflam) ; mais bien de discuter du fond et du propos de ce single. Alors je ne sais pas ce que vous pensez de cette vue réductrice de l’univers des moyens de communications actuels (puisque comme ne le dit pas le titre, ce morceau ne parle pas d’ordinateur mais bien de nouveaux médias) mais moi, ça m’a glacé le sang. Spécialement la phrase  »Qui dit chat pubère dit victime« , digne des meilleurs discours sur l’insécurité (pensons simplement aux interventions Lefebvresque) bien souvent, et à juste titre, critiqués par le monde hip-hop. Peut on se résoudre à voir les nouvelles technologies comme un simple outil néfaste ? Qu’apporte cette critique ne mettant pas le moindre bienfait en lumière ? Qu’Akro constate dans son quotidien que les nouveaux moyens de communication apportent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent est compréhensible, mais dans ce cas est-il légitime de la part d’un allergique à la pénicilline de condamner cette molécule sans y voir le moindre profit pour l’humanité ? Dans un récent article, concernant le fait que l’informatique ait fait de nous des êtres à la fois magnifiques et monstrueux, l’auteur citait Freud et je ne me retiens pas de vous citer ici son propos: “L’homme est devenu une sorte de Dieu prothétique. Quand il se pare de tous ses organes auxiliaires, il est magnifique, mais ces organes ne se sont pas développés avec lui et ils lui causent grand souci. L’avenir apportera avec lui des avancées nouvelles et probablement inimaginables dans le domaine de la civilisation, et il accroitra la ressemblance de l’homme avec dieu. Mais dans l’intérêt de nos investigations, nous n’oublierons pas que l’homme d’aujourd’hui ne tire pas grand bonheur de cette ressemblance.” Est-ce cela qu’Akro à maladroitement voulu dire ? Et vous… Vous en pensez quoi ? [update] Comme précisé dans les commentaores par Akro lui même: « L’instru n’est pas de Daddy K, mais de L’Inconnu et de moi même, a partir de vrais sons de Macs et PC’s enregistrés et séquencés », j’ai donc mis l »article à jour.

  1. Dran / 29 mars 2011
    L’informatique est profondément humaniste car elle essaye d’améliorer le quotidien de chacun. Le problème n’est pas l’informatique mais ce qu’on en fait.

  2. Edouard Seynaeve / 29 mars 2011
    Si je pouvais mettre un « Like » sur ton commentaire, crois bien que je le ferais ;-)

  3. Akro / 30 mars 2011
    Cher Edouard, Merci pour ton intérêt et les questions que tu soulèves. Si tu connaissais un peu mieux mon répertoire tu verrais que la mauvaise foi a toujours été un trait particulier de mon écriture.Tu imagines bien qu’en tant qu’artiste je jouis également des bienfaits du web, à titre promotionnel, social, etc.. donc ce titre n’est pas ANTI web, sans quoi j’aurais été beaucoup plus dur dans mes propos, moins ironique tout au long de la chanson. Je pense néanmoins que le temps que nous passons sur le net endommage le temps consacré a de vrais rapports humains, et ça, tu ne peux le nier. Tu ne peux nier non plus le fait que nous devenions des cibles privilégiées du marketing, gavés à toutes les sauces de pop ups, banners, concours, spams etc.. et c’est là que l’effet  » bocal  » devient vicieux. Mon titre soulève une sous question : que deviendront nos rapports dans 5 ou 10 ans au train où le net et la nano-technologie se développent ? Merci d’avoir partagé la vidéo et au plaisir, peace AKRO

  4. Edouard Seynaeve / 30 mars 2011
    Merci beaucoup pour ces éclaircissements. Ta réponse est nuancée et convaincantes, pourquoi alors ne pas l’avoir été dans le morceaux ? Ceci prouve en tout cas que tu fais une certaine veille et est alert sur ce qui se passe en ligne, un bon point ! Toutes « nouveauté » fait des ravages avant d’être maîtrisée. Cela à du en être de même pour le feux ;-) Mais dans ce cas ne vaut-il pas mieux dépenser son énergie à éduquer plutôt qu’a condamner ? Ta question : « que deviendront nos rapports dans 5 ou 10 ans » est très pertinente. J’espère que nous serons suffisamment fort pour en faire ce que nous voulons et nous ce que quelques grand industriel nous « imposent ».

  5. Akro / 30 mars 2011
    De rien :-) Je pense que le journaliste ou l’éducateur se doivent d’être convaincants, neutres, de nuancer, d’argumenter.. mais l’artiste peut presque tout se permettre, donc aussi grossir le trait pour faire passer son message. Tu peux voir dans certaines phases comme  » J’ai peur que ma fille en maternelle, comprenne moins bien le français que l’HTML  » que je suis dans l’ironie la plus totale. Tu m’as néanmoins permis de me remettre en question, j’ai relu le texte plusieurs fois dans ma tête mais je reste convaincu de ne pas faire d’amalgame entre informaticiens passionnés et internautes suiveurs.. Les problèmes d’orthographe suite à MSN sont une réalité, peut être appuyée par le fait que profs et parents ont de moins en moins de temps a consacrer aux gosses, je te l’accorde. Cela va être dur de rester forts face à la marée technologique qui frappe a nos portes, rentre par derrière, s’immisce dans les moindres recoins de nos vies … but .. I will survive ! Cool d’avoir pu débattre avec toi de ce titre P.S : L’instru n’est pas de Daddy K, mais de L’Inconnu et de moi même, a partir de vrais sons de Macs et PC’s enregistrés et séquencés Bonne journée AKRO

  6. Edouard Seynaeve / 30 mars 2011
    Ce brin de conversation me pousse à te proposer de venir en discuter de vive voix avec nous le 27/04/2011. Ce mercredi soir là nous discuterons de musique. La soirée aura certainement lieu à L’amour Fou à Ixelles.

  7. Akro / 3 avril 2011
    Pourquoi pas :-) Merci de m’expliquer le concept du débat via mon adresse e mail : A+

Website :

Nos partenaires